Retour au sport (StARRT)

Publié le
31/10/2022

À propos

Cette vidéo est consacrée à l'outil d’évaluation stratégique du risque et de la tolérance au risque (StARRT) pour la prise de décision concernant le retour au jeu.

Dans un premier temps, il est important de rappeler que le retour au sport est en fait un continuum et pas seulement un instant T dans le temps. Ce continuum sous-entend un retour à la participation c’est-à-dire par exemple faire revenir l’athlète aux entraînements, un retour au jeu avec la participation à des matches et à de la compétition et éventuellement un retour à la performance, dans lequel on peut espérer atteindre le niveau d’avant voire dépasser le niveau pré-blessure. Ce retour à la performance est sans nul doute l’une des étapes les plus difficiles du retour au sport.

De manière générale, à quoi ressemble la performance après un retour au jeu ?
Après la reconstruction d’un ligament croisé en champions league, en MLS (Major League Soccer), en NBA ou encore NFL on observe des carrières plus courtes, les athlètes ont tendance à commencer moins de matchs dans la MLS et la NBA et nous voyons des performances réduites dans la NBA et NFL après une réparation du LCA ou une rupture du tendon d’Achilles.
En revanche, il ne semble pas y avoir de différence dans les performances en NBA après une fracture de Jones.
Qu’en est-il après une blessure aux ischio-jambiers ? Combien de temps faut-il pour qu’un athlète puisse retrouver le niveau de performance avant la blessure ? Est-il plus facile de retourner à la performance après une blessure plutôt qu’une autre ?
Les données qu’on a citées précédemment sur les ruptures du LCA et la fracture de Jones indiqueraient probablement que cela pourrait être le cas mais est-ce dû uniquement au temps durant lequel l’athlète est absent ? Ou bien est-ce quelque chose qui a à voir avec la blessure en elle-même ?
Il y a donc énormément de questions autour de ce retour à la performance.
Alors pourquoi est-ce si difficile et pourquoi avons-nous autant de questions ?

Savoir quand un athlète est prêt à progresser dans le continuum de retour au sport (RTS) est essentiel pour un résultat réussi. Les faire progresser trop rapidement et leur faire effectuer des activités pour lesquelles ils ne sont pas encore préparés peut augmenter leur risque de blessure. A l’inverse, les faire progresser trop lentement peut frustrer les athlètes et le personnel d'entraînement. Alors, comment savons-nous quand un athlète est prêt à reprendre la participation, le sport et la performance ?

La déclaration de consensus de 2016 sur le RTS a décrit le cadre StARRT comme un outil pour nous guider dans le processus de prise de décision du RTS.
Le cadre StARRT est un processus en 3 étapes qui examine l'état actuel des tissus, les demandes et les charges qui seront placées sur les tissus et tout modificateur de risque potentiel. On peut tout d’abord retenir 3 principes qui fondent ce modèle

Nous devons toujours respecter la biologie.
Nous devons toujours connaître les exigences auxquelles nos athlètes sont confrontés dans leur sport.
Le contexte est roi.

À l'étape 1 du cadre StARRT, nous évaluons l'état de santé et la capacité des tissus en identifiant les antécédents médicaux, les signes et les symptômes de l'athlète, et en effectuant des tests spéciaux et/ou en obtenant une imagerie. Il est important de connaître les temps de guérison des différents types de tissus. Il est vrai que le temps ne devrait pas être le seul facteur pris en compte dans le processus RTS, mais nous ne pouvons jamais aller plus vite que la biologie. Et bien que nous puissions aider à soutenir le processus biologique en aidant à fournir un bon environnement de guérison, nous ne pouvons rien faire pour l'accélérer.

À l'étape 2, nous examinons la capacité de l'athlète à faire face aux exigences que le sport lui imposera. Cela nous oblige à connaître les exigences physiologiques de leur sport, de leur position et de leur niveau de compétition. Nous avons également besoin de méthodes fiables et valides pour tester ces exigences ainsi que les attributs physiques spécifiques et les indicateurs clés de performance de chaque athlète.

Dans la troisième et dernière étape de ce cadre, nous examinons les facteurs contextuels qui pourraient rendre plus ou moins acceptable le risque de reprendre le sport. Des variables telles que le calendrier de la saison, la pression des autres parties prenantes et d'autres facteurs propres à ce cas individuel peuvent modifier le niveau de risque que l'athlète juge utile pour jouer.

Mise en pratique / Contexte

Imaginons maintenant que nous travaillons avec une équipe de football professionnelle et que nous avons un athlète qui se remet d'une blessure aux ischio-jambiers. Il a bien évolué tout au long de notre programme de rééducation et travaille maintenant sur les dernières étapes d'un programme de réadaptation sur le terrain, dans lequel ses séances commencent à reproduire des séances d'entraînement en équipe, mais il n'a pas couvert sa quantité habituelle de distance de course à grande vitesse, ni atteint sa vitesse maximale depuis sa blessure.

Dans un premier temps penchons nous sur l’étape 1 et l’évaluation des risques pour la santé.
L'athlète est un homme de 22 ans qui a subi une blessure à l'ischio-jambier droit il y a 6 semaines. Selon notre évaluation clinique, il n'a plus aucune sensibilité à la palpation, mais sa force excentrique aux ischio-jambiers n'est plus tout à fait ce qu'elle était avant sa blessure.

Nous savons déjà que l'athlète est à risque de récidive de blessure, étant donné qu’une blessure initiale des IJ constitue un facteur de risque important de récidive chez les footballeurs masculins. Nous savons également qu'il est probablement juste à la limite de la guérison des tissus biologiques (selon la gravité de la blessure), et que même s'il n'a plus de sensibilité à la palpation, sa force n'est pas complètement revenue.

Passons à l’étape 2 et à l’évaluation du risque lié à l'activité.
Cet athlète est un joueur de football professionnel, il devra donc être en mesure de répondre aux exigences du sport et du niveau de compétition. Il aura également des exigences spécifiques au poste. Par exemple, il couvrira probablement plus de terrain à des vitesses plus élevées s'il joue en tant qu'ailier. Il aura probablement plus d'accélérations et de décélérations et de changements de direction s'il joue en attaquant. Ce sont des considérations importantes à garder à l'esprit lors de la planification et de la prise de décisions concernant le RTS. Cet athlète n'a pas encore atteint sa vitesse maximale, ni sa distance moyenne de course à grande vitesse. Cela nous indique qu'il n'a pas encore prouvé qu'il peut gérer les exigences du sport. Il en est peut-être capable, mais si nous ne l'avons pas évalué et mesuré, nous ne faisons que deviner.

Un autre élément important du RTS est la préparation psychologique de l'athlète. Ils sont peut-être complètement préparés physiquement à affronter les exigences du sport, mais s'ils ne se sentent pas prêts mentalement et/ou émotionnellement à revenir sur le terrain, il est important que nous approfondissions nos recherches. Habituellement, la préparation physique et psychologique ira de pair. Si un athlète nous dit qu'il ne se sent pas prêt à retourner sur le terrain, nous devons revenir en arrière et nous assurer d'avoir bien évalué sa préparation physique. Avons-nous utilisé des méthodes d'évaluation valides et fiables pour déterminer leur état de préparation physique ? Leur programme de réadaptation était-il incomplet d’une manière ou d’une autre ? Ai-je donné à l'athlète un contrôle et une autonomie appropriés tout au long de son programme de réadaptation ? Si un athlète nous dit qu'il ne se sent pas prêt à entrer sur le terrain, il nous incombe de découvrir pourquoi.

Enfin nous passons à l’étape 3 : Évaluation de la tolérance au risque
C'est là que la science rencontre les facteurs contextuels derrière le retour au sport et c’est la raison pour laquelle il n'y a pas deux cas identiques. Chaque athlète individuel aura ses propres expériences, croyances et attentes qui pourraient affecter son aversion au risque ou son niveau de tolérance. L'âge de l'athlète, le moment de la saison et l'état du contrat sont d'autres facteurs qui pourraient modifier le niveau de risque que l'athlète est prêt à prendre en reprenant le sport. Imaginons que notre footballeur de 22 ans est dans la première année de son contrat et que sa blessure survient pendant la pré-saison. Cela ne vaut probablement pas le risque de le renvoyer à un match à ce stade car il lui reste beaucoup de temps dans la saison pour récupérer et il a une carrière potentiellement longue devant lui. Le renvoyer trop tôt pourrait entraîner une récidive des blessures et nous ne voulons pas cela étant donné que sa carrière vient juste de débuter. Par contre, si l'équipe participe aux séries éliminatoires ou à la compétition pour le titre de champion et que l'athlète est un élément central du succès de l'équipe, il est peut-être prêt à prendre plus de risques.

Pour que ce processus soit efficace, une communication ouverte et la transparence sont essentielles. Aucun membre du personnel de la médecine sportive ou de la performance ne veut dire à un coach, sélectionneur ou entraîneur qu'un joueur n'est pas apte à jouer dans un match à venir, mais ces conversations difficiles doivent être menées dans l'intérêt du joueur et de l'équipe. Il se peut que le personnel médical et de performance pense qu'un athlète ne devrait pas jouer dans un match à venir, mais que le coach le sélectionne quand même. Il se peut qu'un athlète ne soit pas à 100% mais que ses 70% lui suffisent quand même pour avoir un impact sur le jeu. C'est pourquoi il est si important de collecter les données objectives nécessaires et de les présenter de manière claire et concise à toutes les parties prenantes du continuum. L'ego devrait également être retiré de l'équation. En tant que personnel médical ou de performance, nos voix sont certainement importantes dans ce processus ; nous devrions être ceux qui fournissent des données objectives solides et qui veillent à la santé et au bien-être à long terme de l'athlète. Cependant, notre voix n'est pas la seule qui doit être entendue dans ce processus, ni la plus importante.

Dans l'ensemble, le cadre StARRT fournit une très belle voie pour nous aider à déterminer la préparation d'un athlète à jouer tout en tenant compte des facteurs contextuels individuels. Derrière tout cela se cachent les composantes essentielles de l'humilité dans le travail d'équipe et de la communication efficace pour une approche centrée sur l'athlète en matière de réadaptation et de retour au sport.

Bibliographie

Shrier, Ian. « Strategic Assessment of Risk and Risk Tolerance (StARRT) Framework for Return-to-Play Decision-Making ». British Journal of Sports Medicine 49, nᵒ 20 (1 octobre 2015): 1311‑15.

Voir aussi
Retour à la course après reconstruction du LCA
08:41
This is some text inside of a div block.

Retour à la course après reconstruction du LCA

Accès Illimité
A.M.I : arthrogenic muscle inhibition
07:00
This is some text inside of a div block.

A.M.I : arthrogenic muscle inhibition

Accès Illimité
Chaine cinétique ouverte après reconstruction du LCA
18:38
This is some text inside of a div block.

Chaine cinétique ouverte après reconstruction du LCA

Accès Illimité
La pliométrie
09:13
This is some text inside of a div block.

La pliométrie

Accès Illimité
Comment les tendons réagissent à la charge ?
09:37
This is some text inside of a div block.

Comment les tendons réagissent à la charge ?

Accès Illimité
Suggestions
08:41
Accès Illimité
07:00
Accès Illimité
18:38
Accès Illimité
09:13
Accès Illimité
09:37
Accès Illimité