TEST

Batterie de Hop tests

Test - Évaluation du genou
L’objectif de ce test

Les Hop tests contrastent avec les tests dits "analytiques", telle que la dynamométrie isocinétique, qui examinent généralement la production de force pour une seule articulation (Undheim et al. 2015). Les avantages revendiqués de ces tests analytiques ou « isolés » sont leur capacité à décrire plus précisément la fonction des composants individuels de la chaîne cinétique ; cependant, leur faiblesse réside dans leur incapacité à se corréler pleinement avec les tâches de performance requises des athlètes au cours de leur sport (Barfod et al. 2019).

Les cliniciens peuvent préférer la simplicité relative des tests fonctionnels tels que le saut sur une jambe pour la distance ou la hauteur à la dynamométrie, qui nécessite une instrumentation coûteuse. De plus, la dynamométrie peut être considérée comme moins "fonctionnelle", d'autant plus que la corrélation entre, par exemple, la force du genou et la hauteur ou la distance du saut n'est pas claire. De plus, la dynamométrie isocinétique teste les paramètres de génération de force musculaire dans une position sans appui contrairement aux tests de sauts.

Vidéo du test
Exécution du test

Parmi les hop tests les plus courants, on retrouve le single hop for distance, le triple hop for distance, le cross-over hop for distance, et le 6-m timed hop.

Dans l'épreuve du saut chronométré de 6 mètres, l'objectif est de sauter le plus vite possible sur une seule jambe sur une distance de 6 mètres, sans perdre l'équilibre et atterrir fermement. Le chronomètre démarre lorsque le talon du patient se soulève de la position de départ et s'arrête au moment où le pied testé franchit la ligne d'arrivée.
La mesure est enregistrée au 10e de seconde près.

Dans l'épreuve du cross-over hop for distance, le patient se tient sur une jambe, l’orteil contre la ligne de départ. Lorsque la jambe droite est testée, le patient commence du côté droit des lignes. Lorsque le côté gauche est testé, il commence du côté gauche des lignes. Il est demandé au patient de sauter trois fois aussi loin que possible tout en exécutant un saut en diagonale sur une bande de 15 centimètres au sol. Il commence par un saut médian, suivi d'un saut latéral, et à nouveau un saut médian. Il est interdit de faire des sauts supplémentaires ou de toucher le sol avec l'autre pied ou la main. Le patient est autorisé à utiliser ses bras. Le test n'est pas accepté si le patient perd son équilibre, s’il touche le sol avec les mains ou l'autre jambe, ou s’il effectue un saut supplémentaire à l'atterrissage (Vereijken et al. 2021).

La distance est mesurée de la ligne de départ au talon de la jambe d'atterrissage.

Dans l'épreuve du triple saut, le patient est invité à se tenir sur une jambe avec la pointe de pied contre la ligne de départ. L'objectif est de sauter le plus loin possible sur une seule jambe trois fois de suite, sans perdre l'équilibre et en atterrissant fermement. Aucun saut supplémentaire ou contact avec le sol avec l'autre pied ou la main n'est autorisé. Le patient est autorisé à utiliser ses bras. Le test n'est pas accepté s’il perd l'équilibre, s’il touche le sol avec les mains ou l'autre jambe, ou s’il effectue un saut supplémentaire à l'atterrissage (Vereijken et al. 2021).

La distance est mesurée de la ligne de départ au talon de la jambe d'atterrissage.

Dans l’épreuve du Single hop test for distance, le patient est invité à se tenir sur une jambe avec la pointe de pied contre la ligne de départ. Il est demandé au patient de sauter le plus loin possible lors d’un seul saut en décollant et en atterrissant sur le même pied. Le patient doit maintenir un atterrissage équilibré pendant deux secondes. Aucun saut supplémentaire ou contact au le sol avec l'autre pied ou la main n'est autorisé. Le patient est autorisé à utiliser ses bras. Le test n'est pas accepté si le patient perd l'équilibre, touche le sol avec les mains ou l'autre jambe, ou s’il effectue un saut supplémentaire à l'atterrissage. 

Comme pour les autres tests on mesure la distance de la ligne de départ au talon de la jambe d'atterrissage.

Valeur clinique

L'adoption de ces tests est probablement due en partie à leur utilité pratique et à leur facilité d'administration. Des décisions objectives peuvent être prises en comparant directement la jambe opérée à la jambe controlatérale, créant ainsi un indice de symétrie des membres ou LSI.
Vereijken et al ont indiqué dans leur étude de 2021 qu’il n'y avait pas de différence statistiquement significative entre la jambe non blessée des athlètes reprenant le sport et la jambe correspondante des athlètes en bonne santé. Les auteurs concluent donc que les cliniciens peuvent utiliser la jambe non blessée comme référence pour la jambe blessée dans les tests de saut à une jambe pour décider du retour aux sports à fort impact (Vereijken et al. 2021).

Des scores LSI supérieurs à 90 % ont été suggérés comme critère clinique pour «réussir» et par la suite terminer la rééducation (Fitzgerald et al. 2000 ; Munro et al. 2011).

Une étude récente a montré qu'à 6 mois, chacun des 4 hop tests pouvait prédire le retour aux niveaux de sport antérieurs à 2 ans post-op (Nawasreh et al. 2018). De même, les patients avec un score LSI supérieur à 85 %  au moment du RTS lors du single hop test (SHD) et du triple hop test pour la distance (THD ) étaient plus susceptibles de revenir à leurs niveaux antérieur (Ardern et al. 2011).

Plus précisément, il a été démontré que le saut chronométré de 6 m (T6H) et le Single hop test sont les prédicteurs les plus puissants des patients qui sont les plus susceptibles de revenir au sport (Nawasreh et al. 2018 ; Ardern et al. 2011 ; Müller et al. 2015) et les scores au triple hop test (relatifs à la taille du corps et au LSI) affichent la capacité prédictive la plus forte pour une nouvelle blessure (Paterno et al. 2017).

À noter toutefois qu’en 2020, Read et son équipe ont indiqué que le test de saut chronométré de 6 m enregistré à l'aide d'un chronomètre n'est pas une mesure valide pour prendre des décisions cliniques après une reconstruction du LCA.

La même année, Davies et son équipe ont indiqué que les preuves actuelles indiquent un manque de cohérence dans la capacité des tests de sauts utilisés comme mesure pour évaluer la fonction après une reconstruction du LCA afin de prédire les résultats positifs après la rééducation, soit en termes de retour aux niveaux de performance antérieurs, soit en identifiant ceux qui courent un plus grand risque de récidive. De plus, la pratique actuelle consistant à utiliser les 4 tests pour éclairer la prise de décision semble inutile, les preuves suggérant que le single hop test et le triple hop test pour la distance semblent donner au clinicien suffisamment d'informations, ainsi qu'une évaluation de différentes constructions physiques. Et donc, l'élimination de la nécessité d'effectuer les 4 tests de saut permet l'inclusion d'autres « sauts » qui peuvent offrir des informations différentes sur l'état fonctionnel du genou et sur la volonté de l'athlète de reprendre le sport. On peut par exemple citer le saut vertical unilatéral, des sauts verticaux répétés unilatéraux, des sauts latéraux et des sauts de rotation…

Également, la distance/temps de saut ne doit pas être la seule mesure ou performance, et d'autres facteurs liés au contrôle des mouvements doivent être évalués et faire partie du processus de prise de décision du RTS.

Enfin, l'utilisation de la distance de saut pré-blessure sur la jambe controlatérale comme mesure d'index est recommandée, non seulement comme jauge pour réduire le risque de nouvelle blessure, mais aussi comme cible pour aider l'athlète à atteindre la capacité de performance précédente (Davies et al. 2020).

Kotsifaki et son équipe ont réalisé une étude en 2021 afin de chercher à mesurer les contributions individuelles des articulations de la cheville, du genou et de la hanche lors d'un single hop test pour la distance et d’un saut vertical dans un groupe d'hommes adultes sportifs en bonne santé. Plus précisément, le but de leur étude était d'identifier, de comparer et d'interpréter les différences biomécaniques spécifiques des membres inférieurs ou les similitudes entre un saut vertical et horizontal pendant la phase de propulsion et d'atterrissage. L’objectif était d'informer les cliniciens sur la tâche la plus appropriée pour évaluer ou entraîner des caractéristiques fonctionnelles spécifiques.

Les auteurs de cette étude ont indiqué qu’il y avait peu de similitude dans les exigences physiques entre le saut vertical et horizontal. Leur étude montre que les performances sur un saut vertical sont réparties de manière relativement égale entre les articulations de la hanche, du genou et de la cheville. A l'inverse, la performance du saut horizontal est principalement fonction de la hanche et de la cheville avec une contribution du genou limitée à 13%. Les auteurs suggèrent que la distance horizontale du test de saut devrait être considérée comme un mauvais discriminateur de la fonction et de la performance du genou pour ces raisons. Étant donné les différentes exigences biomécaniques de chaque tâche fonctionnelle, les deux peuvent être utilisés dans l'évaluation des membres inférieurs, mais leurs différences doivent être comprises.

Bibliographie

Ardern, Clare L., Kate E. Webster, Nicholas F. Taylor, et Julian A. Feller. « Return to the Preinjury Level of Competitive Sport after Anterior Cruciate Ligament Reconstruction Surgery: Two-Thirds of Patients Have Not Returned by 12 Months after Surgery ». The American Journal of Sports Medicine 39, nᵒ 3 (mars 2011): 538‑43.

Barber, S. D., F. R. Noyes, R. E. Mangine, J. W. McCloskey, et W. Hartman. « Quantitative Assessment of Functional Limitations in Normal and Anterior Cruciate Ligament-Deficient Knees ». Clinical Orthopaedics and Related Research, nᵒ 255 (juin 1990): 204‑14.

Barfod, Kristoffer W., Julian A. Feller, Taylor Hartwig, Brian M. Devitt, et Kate E. Webster. « Knee Extensor Strength and Hop Test Performance Following Anterior Cruciate Ligament Reconstruction ». The Knee 26, nᵒ 1 (janvier 2019): 149‑54.

Kotsifaki, Argyro, Vasileios Korakakis, Philip Graham-Smith, Vasileios Sideris, et Rod Whiteley. « Vertical and Horizontal Hop Performance: Contributions of the Hip, Knee, and Ankle ». Sports Health 13, nᵒ 2 (9 février 2021): 128‑35.

Munro, Allan G., et Lee C. Herrington. « Between-Session Reliability of Four Hop Tests and the Agility T-Test ». Journal of Strength and Conditioning Research 25, nᵒ 5 (mai 2011): 1470‑77.

Noyes, F. R., S. D. Barber, et R. E. Mangine. « Abnormal Lower Limb Symmetry Determined by Function Hop Tests after Anterior Cruciate Ligament Rupture ». The American Journal of Sports Medicine 19, nᵒ 5 (octobre 1991): 513‑18.

Paterno, Mark V., Bin Huang, Staci Thomas, Timothy E. Hewett, et Laura C. Schmitt. « Clinical Factors That Predict a Second ACL Injury After ACL Reconstruction and Return to Sport: Preliminary Development of a Clinical Decision Algorithm ». Orthopaedic Journal of Sports Medicine 5, nᵒ 12 (décembre 2017): 2325967117745279.

Vereijken, Astrid, Emiel van Trijffel, Inne Aerts, Bruno Tassignon, Jo Verschueren, et Romain Meeusen. « The Non-Injured Leg Can Be Used as a Reference for the Injured Leg in Single-Legged Hop Tests ». International Journal of Sports Physical Therapy 16, nᵒ 4 (2021): 1052‑66.

Modules associés

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

ACL RSI (Anterior Cruciate Ligament – Return to Sport and Injury)
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
TEST

Batterie de Hop tests

Test - Évaluation du genou
L’objectif de ce test

Les Hop tests contrastent avec les tests dits "analytiques", telle que la dynamométrie isocinétique, qui examinent généralement la production de force pour une seule articulation (Undheim et al. 2015). Les avantages revendiqués de ces tests analytiques ou « isolés » sont leur capacité à décrire plus précisément la fonction des composants individuels de la chaîne cinétique ; cependant, leur faiblesse réside dans leur incapacité à se corréler pleinement avec les tâches de performance requises des athlètes au cours de leur sport (Barfod et al. 2019).

Les cliniciens peuvent préférer la simplicité relative des tests fonctionnels tels que le saut sur une jambe pour la distance ou la hauteur à la dynamométrie, qui nécessite une instrumentation coûteuse. De plus, la dynamométrie peut être considérée comme moins "fonctionnelle", d'autant plus que la corrélation entre, par exemple, la force du genou et la hauteur ou la distance du saut n'est pas claire. De plus, la dynamométrie isocinétique teste les paramètres de génération de force musculaire dans une position sans appui contrairement aux tests de sauts.

Vidéo du test
Exécution du test

Parmi les hop tests les plus courants, on retrouve le single hop for distance, le triple hop for distance, le cross-over hop for distance, et le 6-m timed hop.

Dans l'épreuve du saut chronométré de 6 mètres, l'objectif est de sauter le plus vite possible sur une seule jambe sur une distance de 6 mètres, sans perdre l'équilibre et atterrir fermement. Le chronomètre démarre lorsque le talon du patient se soulève de la position de départ et s'arrête au moment où le pied testé franchit la ligne d'arrivée.
La mesure est enregistrée au 10e de seconde près.

Dans l'épreuve du cross-over hop for distance, le patient se tient sur une jambe, l’orteil contre la ligne de départ. Lorsque la jambe droite est testée, le patient commence du côté droit des lignes. Lorsque le côté gauche est testé, il commence du côté gauche des lignes. Il est demandé au patient de sauter trois fois aussi loin que possible tout en exécutant un saut en diagonale sur une bande de 15 centimètres au sol. Il commence par un saut médian, suivi d'un saut latéral, et à nouveau un saut médian. Il est interdit de faire des sauts supplémentaires ou de toucher le sol avec l'autre pied ou la main. Le patient est autorisé à utiliser ses bras. Le test n'est pas accepté si le patient perd son équilibre, s’il touche le sol avec les mains ou l'autre jambe, ou s’il effectue un saut supplémentaire à l'atterrissage (Vereijken et al. 2021).

La distance est mesurée de la ligne de départ au talon de la jambe d'atterrissage.

Dans l'épreuve du triple saut, le patient est invité à se tenir sur une jambe avec la pointe de pied contre la ligne de départ. L'objectif est de sauter le plus loin possible sur une seule jambe trois fois de suite, sans perdre l'équilibre et en atterrissant fermement. Aucun saut supplémentaire ou contact avec le sol avec l'autre pied ou la main n'est autorisé. Le patient est autorisé à utiliser ses bras. Le test n'est pas accepté s’il perd l'équilibre, s’il touche le sol avec les mains ou l'autre jambe, ou s’il effectue un saut supplémentaire à l'atterrissage (Vereijken et al. 2021).

La distance est mesurée de la ligne de départ au talon de la jambe d'atterrissage.

Dans l’épreuve du Single hop test for distance, le patient est invité à se tenir sur une jambe avec la pointe de pied contre la ligne de départ. Il est demandé au patient de sauter le plus loin possible lors d’un seul saut en décollant et en atterrissant sur le même pied. Le patient doit maintenir un atterrissage équilibré pendant deux secondes. Aucun saut supplémentaire ou contact au le sol avec l'autre pied ou la main n'est autorisé. Le patient est autorisé à utiliser ses bras. Le test n'est pas accepté si le patient perd l'équilibre, touche le sol avec les mains ou l'autre jambe, ou s’il effectue un saut supplémentaire à l'atterrissage. 

Comme pour les autres tests on mesure la distance de la ligne de départ au talon de la jambe d'atterrissage.

Valeur clinique

L'adoption de ces tests est probablement due en partie à leur utilité pratique et à leur facilité d'administration. Des décisions objectives peuvent être prises en comparant directement la jambe opérée à la jambe controlatérale, créant ainsi un indice de symétrie des membres ou LSI.
Vereijken et al ont indiqué dans leur étude de 2021 qu’il n'y avait pas de différence statistiquement significative entre la jambe non blessée des athlètes reprenant le sport et la jambe correspondante des athlètes en bonne santé. Les auteurs concluent donc que les cliniciens peuvent utiliser la jambe non blessée comme référence pour la jambe blessée dans les tests de saut à une jambe pour décider du retour aux sports à fort impact (Vereijken et al. 2021).

Des scores LSI supérieurs à 90 % ont été suggérés comme critère clinique pour «réussir» et par la suite terminer la rééducation (Fitzgerald et al. 2000 ; Munro et al. 2011).

Une étude récente a montré qu'à 6 mois, chacun des 4 hop tests pouvait prédire le retour aux niveaux de sport antérieurs à 2 ans post-op (Nawasreh et al. 2018). De même, les patients avec un score LSI supérieur à 85 %  au moment du RTS lors du single hop test (SHD) et du triple hop test pour la distance (THD ) étaient plus susceptibles de revenir à leurs niveaux antérieur (Ardern et al. 2011).

Plus précisément, il a été démontré que le saut chronométré de 6 m (T6H) et le Single hop test sont les prédicteurs les plus puissants des patients qui sont les plus susceptibles de revenir au sport (Nawasreh et al. 2018 ; Ardern et al. 2011 ; Müller et al. 2015) et les scores au triple hop test (relatifs à la taille du corps et au LSI) affichent la capacité prédictive la plus forte pour une nouvelle blessure (Paterno et al. 2017).

À noter toutefois qu’en 2020, Read et son équipe ont indiqué que le test de saut chronométré de 6 m enregistré à l'aide d'un chronomètre n'est pas une mesure valide pour prendre des décisions cliniques après une reconstruction du LCA.

La même année, Davies et son équipe ont indiqué que les preuves actuelles indiquent un manque de cohérence dans la capacité des tests de sauts utilisés comme mesure pour évaluer la fonction après une reconstruction du LCA afin de prédire les résultats positifs après la rééducation, soit en termes de retour aux niveaux de performance antérieurs, soit en identifiant ceux qui courent un plus grand risque de récidive. De plus, la pratique actuelle consistant à utiliser les 4 tests pour éclairer la prise de décision semble inutile, les preuves suggérant que le single hop test et le triple hop test pour la distance semblent donner au clinicien suffisamment d'informations, ainsi qu'une évaluation de différentes constructions physiques. Et donc, l'élimination de la nécessité d'effectuer les 4 tests de saut permet l'inclusion d'autres « sauts » qui peuvent offrir des informations différentes sur l'état fonctionnel du genou et sur la volonté de l'athlète de reprendre le sport. On peut par exemple citer le saut vertical unilatéral, des sauts verticaux répétés unilatéraux, des sauts latéraux et des sauts de rotation…

Également, la distance/temps de saut ne doit pas être la seule mesure ou performance, et d'autres facteurs liés au contrôle des mouvements doivent être évalués et faire partie du processus de prise de décision du RTS.

Enfin, l'utilisation de la distance de saut pré-blessure sur la jambe controlatérale comme mesure d'index est recommandée, non seulement comme jauge pour réduire le risque de nouvelle blessure, mais aussi comme cible pour aider l'athlète à atteindre la capacité de performance précédente (Davies et al. 2020).

Kotsifaki et son équipe ont réalisé une étude en 2021 afin de chercher à mesurer les contributions individuelles des articulations de la cheville, du genou et de la hanche lors d'un single hop test pour la distance et d’un saut vertical dans un groupe d'hommes adultes sportifs en bonne santé. Plus précisément, le but de leur étude était d'identifier, de comparer et d'interpréter les différences biomécaniques spécifiques des membres inférieurs ou les similitudes entre un saut vertical et horizontal pendant la phase de propulsion et d'atterrissage. L’objectif était d'informer les cliniciens sur la tâche la plus appropriée pour évaluer ou entraîner des caractéristiques fonctionnelles spécifiques.

Les auteurs de cette étude ont indiqué qu’il y avait peu de similitude dans les exigences physiques entre le saut vertical et horizontal. Leur étude montre que les performances sur un saut vertical sont réparties de manière relativement égale entre les articulations de la hanche, du genou et de la cheville. A l'inverse, la performance du saut horizontal est principalement fonction de la hanche et de la cheville avec une contribution du genou limitée à 13%. Les auteurs suggèrent que la distance horizontale du test de saut devrait être considérée comme un mauvais discriminateur de la fonction et de la performance du genou pour ces raisons. Étant donné les différentes exigences biomécaniques de chaque tâche fonctionnelle, les deux peuvent être utilisés dans l'évaluation des membres inférieurs, mais leurs différences doivent être comprises.

Bibliographie

Ardern, Clare L., Kate E. Webster, Nicholas F. Taylor, et Julian A. Feller. « Return to the Preinjury Level of Competitive Sport after Anterior Cruciate Ligament Reconstruction Surgery: Two-Thirds of Patients Have Not Returned by 12 Months after Surgery ». The American Journal of Sports Medicine 39, nᵒ 3 (mars 2011): 538‑43.

Barber, S. D., F. R. Noyes, R. E. Mangine, J. W. McCloskey, et W. Hartman. « Quantitative Assessment of Functional Limitations in Normal and Anterior Cruciate Ligament-Deficient Knees ». Clinical Orthopaedics and Related Research, nᵒ 255 (juin 1990): 204‑14.

Barfod, Kristoffer W., Julian A. Feller, Taylor Hartwig, Brian M. Devitt, et Kate E. Webster. « Knee Extensor Strength and Hop Test Performance Following Anterior Cruciate Ligament Reconstruction ». The Knee 26, nᵒ 1 (janvier 2019): 149‑54.

Kotsifaki, Argyro, Vasileios Korakakis, Philip Graham-Smith, Vasileios Sideris, et Rod Whiteley. « Vertical and Horizontal Hop Performance: Contributions of the Hip, Knee, and Ankle ». Sports Health 13, nᵒ 2 (9 février 2021): 128‑35.

Munro, Allan G., et Lee C. Herrington. « Between-Session Reliability of Four Hop Tests and the Agility T-Test ». Journal of Strength and Conditioning Research 25, nᵒ 5 (mai 2011): 1470‑77.

Noyes, F. R., S. D. Barber, et R. E. Mangine. « Abnormal Lower Limb Symmetry Determined by Function Hop Tests after Anterior Cruciate Ligament Rupture ». The American Journal of Sports Medicine 19, nᵒ 5 (octobre 1991): 513‑18.

Paterno, Mark V., Bin Huang, Staci Thomas, Timothy E. Hewett, et Laura C. Schmitt. « Clinical Factors That Predict a Second ACL Injury After ACL Reconstruction and Return to Sport: Preliminary Development of a Clinical Decision Algorithm ». Orthopaedic Journal of Sports Medicine 5, nᵒ 12 (décembre 2017): 2325967117745279.

Vereijken, Astrid, Emiel van Trijffel, Inne Aerts, Bruno Tassignon, Jo Verschueren, et Romain Meeusen. « The Non-Injured Leg Can Be Used as a Reference for the Injured Leg in Single-Legged Hop Tests ». International Journal of Sports Physical Therapy 16, nᵒ 4 (2021): 1052‑66.

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

ACL RSI (Anterior Cruciate Ligament – Return to Sport and Injury)
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps ! la plateforme est facile d'utilisation, les fiches synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. Merci à toute l'équipe !
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !