TEST

Quels tests valides pour les pathologies de l'épaule liées à la CDR ?

Test - Évaluation de l’épaule
L’objectif de ce test

Chaque région du corps possède un ensemble de tests d'examen physique orthopédique appelés "tests spéciaux". Les cliniciens utilisent ces tests pour étayer les diagnostics et aider à la prise de décision.

Il existe plus de 70 tests "spéciaux" pour l’examen clinique de l’épaule. Ils ont été développés dans le but d’identifier les pathologies du labrum, de la coiffe des rotateurs, de l'acromio-claviculaire ou du tendon du biceps. Certains ont également été crées pour tenter de diagnostiquer une instabilité d’épaule, un conflit sous-acromial ou une dyskinésie scapulaire.

Dans leur papier en 2020, Salamh et Lewis se sont intéressés à la validité des tests utilisés pour évaluer les douleurs de l'épaule liées à la coiffe des rotateurs (Salamh et Lewis, 2020). Ce terme englobe un certain nombre d’étiologies comme le syndrome du conflit sous-acromial, la tendinopathie de la coiffe des rotateurs, la pathologie des bourses séreuses et les déchirures atraumatiques partielles et complètes de la coiffe des rotateurs.

Dans un premier temps, on dit qu’un test est valide lorsqu’il teste ce qu’il prétend tester. De manière générale, la validité des tests orthopédiques de l’épaule est étudiée en comparant les résultats du test avec une méthode reconnue comme efficace pour identifier la pathologie associée et/ou responsable des symptômes. Cette méthode est souvent appelée norme de référence ou Gold standard.

Les normes de références courantes pour l’épaule sont la radiographie, l'imagerie par résonance magnétique (IRM), l'échographie diagnostique et l'observation directe lors d'une arthroscopie.

Par conséquent, il est convenu que si un test est valide pour impliquer une structure spécifique de l’épaule, celui-ci doit être positif lorsque la méthode de référence met en évidence la pathologie et au contraire négatif lorsque le test de référence est rapporté comme “normal”.

Toutefois, Salamh et Lewis soulignent qu’il est difficile de valider les tests orthopédiques de l'épaule pour identifier les structures à l'origine des symptômes. En effet, l'imagerie détecte régulièrement des anomalies de la coiffe des rotateurs et de la bourse séreuse ou bien de la forme de l'acromion, du labrum glénoïde et d'autres structures de l'épaule chez des personnes asymptomatiques (Barreto et al. 2019). L’étude de Barreto et al. en 2019 démontre que chez 123 personnes souffrant d'une douleur unilatérale de l'épaule et ayant effectué une IRM bilatérale, il y avait autant d'anomalies dans l'épaule symptomatique que dans l'épaule asymptomatique. Seules les déchirures du supra-épineux de pleine épaisseur et l'arthrose gléno-humérale avaient une incidence supérieure de 10% dans les épaules symptomatiques. L'IRM et l'échographie sont probablement de mauvaises comparaisons de référence pour les tests de l'épaule.
   

Il semble alors impossible de déterminer la validité des tests orthopédiques de l’épaule pour les pathologies de la coiffe des rotateurs (Salamh et Lewis. 2020).

Un autre point soulevé par les auteurs est le fait que les "tests spéciaux", conçus pour identifier une pathologie de la coiffe des rotateurs, s’appuient sur l'hypothèse qu'une structure spécifique peut être isolée et que la douleur reproduite avec un test positif provient de la structure testée. Le test de Jobe ou “empty can test” par exemple, permettrait d’isoler le muscle supra-épineux. Un test positif nous faisait alors penser que le supra-épineux était responsable des douleurs d’épaule du patient.
   

Cependant, les études de dissections anatomiques et les examens histologiques (Clark et al. 1992) mettent en évidence la relation intime et la nature imbriquée des tendons de la coiffe des rotateurs avec les structures adjacentes telles que la capsule, les ligaments et la bourse séreuse. Salamh et Lewis remettent alors en question la capacité d’un thérapeute à isoler un muscle ou un tendon de la coiffe des rotateurs d’un groupe de structures connexes et entrelacés avec un test d’épaule (Salamh et Lewis, 2020).
   

Par rapport à l’exemple précédent, il est désormais prouvé que les tests empty can et full can ne peuvent pas isoler le supra-épineux. En effet, il a été démontré que lors du test empty can, pas moins de 9 muscles de l’épaule étaient actifs au même titre que le supra-épineux, tandis que 8 autres autres muscles étaient actifs lors du test full can (Boettcher et al. 2008). Par conséquent, ces tests ne sont pas très spécifiques et ne permettent donc pas d’identifier la source exacte des symptômes.
   
La revue systématique et méta-analyse de Hegedus et al. en 2012, examinant les tests de l'épaule, n’a pas pu recommander l’utilisation d’un test unique aux cliniciens pour établir un diagnostic pathognomonique (Hegedus et al. 2012).  De même, sur les 11 recommandations de meilleures pratiques en matière de soins pour les douleurs musculo-squelettiques proposées par Lin et ses collaborateurs en 2019, aucune ne recommandait de tests "spéciaux" pour l'examen physique orthopédique (Lin et al. en 2019).
   
Compte tenu des preuves actuelles, Salamh et Lewis estiment que les tests spéciaux ne devraient plus être utilisés pour déterminer la source des symptômes dans la pratique clinique. Les résultats de ces tests et de l'imagerie ne devraient plus servir à recommander des procédures invasives, telles que des injections ou des interventions chirurgicales dans des cas non traumatiques (Salamh et Lewis, 2020).
   
Il est en revanche possible d’utiliser ces tests dans la recherche de reproduction de symptômes (Salamh et Lewis, 2020). Dans la pratique, il peut être plus utile d'interpréter ces tests d'un point de vue biomécanique, en examinant les mécanismes possibles, les positions, les mouvements ou les variations de charge qui augmentent ou diminuent les symptômes, sans trop se concentrer sur une éventuelle pathologie structurelle (Cools. 2021).
   
Si on reprend l’exemple du test de Jobe, très décrié pour isoler la rupture du supra-épineux. Dans le cadre de son raisonnement clinique, le kinésithérapeute pourrait l’utiliser pour tester la force en abduction en association avec le SRT afin de mettre en évidence une éventuelle différence de force lorsque la scapula est stabilisée.

Vidéo du test
Exécution du test
Valeur clinique
Bibliographie

Barreto RPG, Braman JP, Ludewig PM, Ribeiro LP, Camargo PR. Bilateral magnetic resonance imaging findings in individuals with unilateral shoulder pain. J Shoulder Elbow Surg. 2019.10.1016/j.jse.2019.04.001
   
Boettcher, Craig E., Karen A. Ginn, et Ian Cathers.« The ‘Empty Can’ and ‘Full Can’ Tests Do Not Selectively Activate Supraspinatus ». Journal of Science and Medicine in Sport 12, no4 (1 juillet 2009): 435‑39.
   
Clark JM, Harryman DT, 2nd. Tendons, ligaments, and capsule of the rotator cuff. Gross and microscopic anatomy. J Bone Joint Surg Am. 1992;74(5):713-725
   
Cools, Ann. Shoulder Rehabilitation: A Practical Guide for the Clinician. Skribis., 2020.
   
Hegedus, E. J.; Goode, A. P.; Cook, C. E.; Michener, L.; Myer, C. A.; Myer, D. M.; Wright, A. A.  (2012). Which physical examination tests provide clinicians with the most value when examining the shoulder? Update of a systematic review with meta-analysis of individual tests. British Journal of Sports Medicine, 46(14), 964–978.
   
Lin, Ivan; Wiles, Louise; Waller, Rob; Goucke, Roger; Nagree, Yusuf; Gibberd, Michael; Straker, Leon; Maher, Chris G; O’Sullivan, Peter P B (2019). What does best practice care for musculoskeletal pain look like? Eleven consistent recommendations from high-quality clinical practice guidelines: systematic review. British Journal of Sports Medicine, (), bjsports-2018-099878–.  
   
Salamh, Paul; Lewis, Jeremy (2020). It Is Time to Put Special Tests for Rotator Cuff Related Shoulder Pain out to Pasture. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 50(5), 222–225. doi:10.2519/jospt.2020.0606

Modules associés

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

Spadi : L'indice de douleur et d'incapacité d'épaule
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
TEST

Quels tests valides pour les pathologies de l'épaule liées à la CDR ?

Test - Évaluation de l’épaule
L’objectif de ce test

Chaque région du corps possède un ensemble de tests d'examen physique orthopédique appelés "tests spéciaux". Les cliniciens utilisent ces tests pour étayer les diagnostics et aider à la prise de décision.

Il existe plus de 70 tests "spéciaux" pour l’examen clinique de l’épaule. Ils ont été développés dans le but d’identifier les pathologies du labrum, de la coiffe des rotateurs, de l'acromio-claviculaire ou du tendon du biceps. Certains ont également été crées pour tenter de diagnostiquer une instabilité d’épaule, un conflit sous-acromial ou une dyskinésie scapulaire.

Dans leur papier en 2020, Salamh et Lewis se sont intéressés à la validité des tests utilisés pour évaluer les douleurs de l'épaule liées à la coiffe des rotateurs (Salamh et Lewis, 2020). Ce terme englobe un certain nombre d’étiologies comme le syndrome du conflit sous-acromial, la tendinopathie de la coiffe des rotateurs, la pathologie des bourses séreuses et les déchirures atraumatiques partielles et complètes de la coiffe des rotateurs.

Dans un premier temps, on dit qu’un test est valide lorsqu’il teste ce qu’il prétend tester. De manière générale, la validité des tests orthopédiques de l’épaule est étudiée en comparant les résultats du test avec une méthode reconnue comme efficace pour identifier la pathologie associée et/ou responsable des symptômes. Cette méthode est souvent appelée norme de référence ou Gold standard.

Les normes de références courantes pour l’épaule sont la radiographie, l'imagerie par résonance magnétique (IRM), l'échographie diagnostique et l'observation directe lors d'une arthroscopie.

Par conséquent, il est convenu que si un test est valide pour impliquer une structure spécifique de l’épaule, celui-ci doit être positif lorsque la méthode de référence met en évidence la pathologie et au contraire négatif lorsque le test de référence est rapporté comme “normal”.

Toutefois, Salamh et Lewis soulignent qu’il est difficile de valider les tests orthopédiques de l'épaule pour identifier les structures à l'origine des symptômes. En effet, l'imagerie détecte régulièrement des anomalies de la coiffe des rotateurs et de la bourse séreuse ou bien de la forme de l'acromion, du labrum glénoïde et d'autres structures de l'épaule chez des personnes asymptomatiques (Barreto et al. 2019). L’étude de Barreto et al. en 2019 démontre que chez 123 personnes souffrant d'une douleur unilatérale de l'épaule et ayant effectué une IRM bilatérale, il y avait autant d'anomalies dans l'épaule symptomatique que dans l'épaule asymptomatique. Seules les déchirures du supra-épineux de pleine épaisseur et l'arthrose gléno-humérale avaient une incidence supérieure de 10% dans les épaules symptomatiques. L'IRM et l'échographie sont probablement de mauvaises comparaisons de référence pour les tests de l'épaule.
   

Il semble alors impossible de déterminer la validité des tests orthopédiques de l’épaule pour les pathologies de la coiffe des rotateurs (Salamh et Lewis. 2020).

Un autre point soulevé par les auteurs est le fait que les "tests spéciaux", conçus pour identifier une pathologie de la coiffe des rotateurs, s’appuient sur l'hypothèse qu'une structure spécifique peut être isolée et que la douleur reproduite avec un test positif provient de la structure testée. Le test de Jobe ou “empty can test” par exemple, permettrait d’isoler le muscle supra-épineux. Un test positif nous faisait alors penser que le supra-épineux était responsable des douleurs d’épaule du patient.
   

Cependant, les études de dissections anatomiques et les examens histologiques (Clark et al. 1992) mettent en évidence la relation intime et la nature imbriquée des tendons de la coiffe des rotateurs avec les structures adjacentes telles que la capsule, les ligaments et la bourse séreuse. Salamh et Lewis remettent alors en question la capacité d’un thérapeute à isoler un muscle ou un tendon de la coiffe des rotateurs d’un groupe de structures connexes et entrelacés avec un test d’épaule (Salamh et Lewis, 2020).
   

Par rapport à l’exemple précédent, il est désormais prouvé que les tests empty can et full can ne peuvent pas isoler le supra-épineux. En effet, il a été démontré que lors du test empty can, pas moins de 9 muscles de l’épaule étaient actifs au même titre que le supra-épineux, tandis que 8 autres autres muscles étaient actifs lors du test full can (Boettcher et al. 2008). Par conséquent, ces tests ne sont pas très spécifiques et ne permettent donc pas d’identifier la source exacte des symptômes.
   
La revue systématique et méta-analyse de Hegedus et al. en 2012, examinant les tests de l'épaule, n’a pas pu recommander l’utilisation d’un test unique aux cliniciens pour établir un diagnostic pathognomonique (Hegedus et al. 2012).  De même, sur les 11 recommandations de meilleures pratiques en matière de soins pour les douleurs musculo-squelettiques proposées par Lin et ses collaborateurs en 2019, aucune ne recommandait de tests "spéciaux" pour l'examen physique orthopédique (Lin et al. en 2019).
   
Compte tenu des preuves actuelles, Salamh et Lewis estiment que les tests spéciaux ne devraient plus être utilisés pour déterminer la source des symptômes dans la pratique clinique. Les résultats de ces tests et de l'imagerie ne devraient plus servir à recommander des procédures invasives, telles que des injections ou des interventions chirurgicales dans des cas non traumatiques (Salamh et Lewis, 2020).
   
Il est en revanche possible d’utiliser ces tests dans la recherche de reproduction de symptômes (Salamh et Lewis, 2020). Dans la pratique, il peut être plus utile d'interpréter ces tests d'un point de vue biomécanique, en examinant les mécanismes possibles, les positions, les mouvements ou les variations de charge qui augmentent ou diminuent les symptômes, sans trop se concentrer sur une éventuelle pathologie structurelle (Cools. 2021).
   
Si on reprend l’exemple du test de Jobe, très décrié pour isoler la rupture du supra-épineux. Dans le cadre de son raisonnement clinique, le kinésithérapeute pourrait l’utiliser pour tester la force en abduction en association avec le SRT afin de mettre en évidence une éventuelle différence de force lorsque la scapula est stabilisée.

Vidéo du test
Exécution du test
Valeur clinique
Bibliographie

Barreto RPG, Braman JP, Ludewig PM, Ribeiro LP, Camargo PR. Bilateral magnetic resonance imaging findings in individuals with unilateral shoulder pain. J Shoulder Elbow Surg. 2019.10.1016/j.jse.2019.04.001
   
Boettcher, Craig E., Karen A. Ginn, et Ian Cathers.« The ‘Empty Can’ and ‘Full Can’ Tests Do Not Selectively Activate Supraspinatus ». Journal of Science and Medicine in Sport 12, no4 (1 juillet 2009): 435‑39.
   
Clark JM, Harryman DT, 2nd. Tendons, ligaments, and capsule of the rotator cuff. Gross and microscopic anatomy. J Bone Joint Surg Am. 1992;74(5):713-725
   
Cools, Ann. Shoulder Rehabilitation: A Practical Guide for the Clinician. Skribis., 2020.
   
Hegedus, E. J.; Goode, A. P.; Cook, C. E.; Michener, L.; Myer, C. A.; Myer, D. M.; Wright, A. A.  (2012). Which physical examination tests provide clinicians with the most value when examining the shoulder? Update of a systematic review with meta-analysis of individual tests. British Journal of Sports Medicine, 46(14), 964–978.
   
Lin, Ivan; Wiles, Louise; Waller, Rob; Goucke, Roger; Nagree, Yusuf; Gibberd, Michael; Straker, Leon; Maher, Chris G; O’Sullivan, Peter P B (2019). What does best practice care for musculoskeletal pain look like? Eleven consistent recommendations from high-quality clinical practice guidelines: systematic review. British Journal of Sports Medicine, (), bjsports-2018-099878–.  
   
Salamh, Paul; Lewis, Jeremy (2020). It Is Time to Put Special Tests for Rotator Cuff Related Shoulder Pain out to Pasture. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 50(5), 222–225. doi:10.2519/jospt.2020.0606

Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps ! la plateforme est facile d'utilisation, les fiches synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. Merci à toute l'équipe !
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !