Test clinique

Taping entorse externe de cheville

Cheville et pied
L’objectif de ce test

Contrairement à la plupart des orthèses de cheville, le « strapping » ou « tape » pour les anglo-saxons, permet une adaptation individuelle qui est personnalisée et qui s’adapte aux caractéristiques anatomiques de l’individu. 

Ces montages peuvent être réalisés à la suite d’un traumatisme dans le but de protéger la cicatrisation mais également pendant l’activité physique afin d’améliorer la stabilité de la cheville et éviter toute récidive. Il est généralement admis que l'efficacité mécanique du montage disparaît au bout de 40 minutes d'effort intense (Gross et al. 1994 ; Rouillon et al. 1988).

Une des raisons pour laquelle les études ne démontrent pas clairement la supériorité d’une méthode de taping par rapport à une autre, est qu’il existe autant de techniques de strapping que de thérapeutes (Armengaud et al. 2017).

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser le tape suivant, vous aurez besoin de :

- Underwarp : bandage auto-adhésif utilisé comme pré-tape, facile d’application, résiste à la transpiration, ne glisse pas, peut être utilisé sans colle, se coupe à la main.

- Tape rigide : 3,75 cm x 14 m

- Lace Pads : carré de mousse protecteur des tendons

- Spray adhésif

Pour réaliser un tape de compétition, le thérapeute peut dans un premier temps utiliser un spray anti-glisse pour favoriser l’adhérence du tape. On laisse la colle sécher quelques secondes, puis le thérapeute va placer des Heel and Laces pads pour venir protéger les tendons du tibial antérieure au niveau des lacets et le tendon d’Achille.

Le pied doit être maintenu en flexion dorsale pendant toute la pose du tape. Il enroule ensuite la cheville avec une bande mousse :  l’underwarp pour protéger le derme. On place l’underwarp environ 2 cm en dessous de la tête du 5ème métatarsien de manière à pouvoir placer le tape sur la peau par la suite. Il est important d’éviter de faire des plis lorsqu’on monte avec l’underwarp.

La technique de pose commence parla découpe et la mise en place de 2 embases supérieures à la jonction musculo-tendineuse des gastrocnémiens et 2 inférieures, en regard de l’articulation de Lisfranc.  

Pour placer la première embase supérieure, le thérapeute réalise une circulaire sans tension, donc un tour mort avec 2/3 collés sur la peau et 1/3 sur l’underwarp. On place la deuxième embase supérieure en la décalant d’1/3 inférieur par rapport à la première. Il est important de ne mettre aucune pression dans la mise en place de ces embases.On fait de même pour les embases inférieures : 1/3 sur l’underwarp et 2/3 sur la peau. Et on décale d’1/3 au-dessus pour superposer la 2ème embase.

  Le thérapeute dispose ensuite la première partie du 1er étrier en appliquant une tension externe pour limiter le mouvement d’inversion. Sa présence est fondamentale à la bonne efficacité du montage et il doit se fixer de part et d'autre de l'embase supérieure. On part donc en interne, et on colle la bande sur toute la surface de l’embase.Celle-ci passe juste devant la malléole interne. On met une tension dans la bande, et on se retrouve en avant de la malléole externe. Toujours en maintenant la tension, on vient ensuite fixer la première bande du 1er étrier sur l’embase supérieure, puis on colle la bande.

Pour la seconde bande du 1er étrier, on part en dessous de la malléole interne et on vient le fixer sur l’embase inférieure, on descend ensuite perpendiculairement au sol sans mettre trop de pression au niveau du tendon d’Achille, on passe en inféro-malléolaire externe puis on induit une tension dans la bande avant de la fixer à l’embase inférieure.

On va ainsi renforcer le montage avec 3 étriers superposés les uns par rapport aux autres en les décalant à chaque fois d’1/3 vers l’avant. Dans l’idéal, le croisement des 3 étriers doit se faire au niveau du ligament latéral externe. 

Lorsque les 3 étriers sont placés, on va refermer les embases supérieures et inférieures. Pour un tape de compétition, on va fermer le tape du distal vers le proximal.

Une fois qu’on a terminé de refermer le tape, on va procéder au Heel-Lock. Celui-ci est nécessaire au bon verrouillage sous-talien. Il peut être bon de rappeler au patient de bien garder la flexion dorsale.

On démarre légèrement de biais du côté interne, on va mettre la bande en tension puis on va passer sous le talon puis derrière, puis on revient sur la malléole interne, puis au niveau du ligament latéral externe, et on repasse de nouveau en dessous du talon, puis derrière le talon puis de nouveau sur le ligament latéral externe. À ce moment, on a réalisé le 1er Heel Lock. On va en réaliser un second. On met de la tension, puis en dessous du talon, puis derrière, puis au-dessus, en dessous, derrière le talon et puis au-dessus.

On consolide toutes les bandes et on vérifie qu’on ait bien une légère ouverture en postérieur au niveau du talon.

Valeur clinique

Certaines hypothèses ont été avancées pour comprendre les effets observés du strapping : dans un premier temps, il serait possible que la protection de la cheville soit attribuée aux propriétés mécaniques des bandes qui limitent l’amplitude et la vitesse angulaire du mouvement d’inversion de cheville (Trégouët et al. 2013 ; Purcell et al. 2009).  

Toutefois, il est important de garder à l’esprit que les fibulaires sont 3 fois plus efficaces qu’une bande rigide pour limiter l’inversion de cheville (Ashton-Miller et al. 1996).D’autre part, le strapping peut également représenter une aide proprioceptive.Le contact avec la peau est supposé améliorer la qualité et la quantité des informations sensitives d’origines cutanée et proprioceptive.

Bibliographie

Armengaud, Pierre, Nicolas Forestier, et Romain Terrier. «Comparaison de l’efficacité de deux méthodes de strapping dans la limitation del’inversion de la cheville durant l’activité ». Mains Libres 34 (1septembre 2017): 09‑19.

Ashton-Miller, J. A., R. A. Ottaviani, C. Hutchinson, et E.M. Wojtys. « What BestProtects the Inverted Weight bearing Ankle against Further Inversion? Evertor Muscle Strength Compares Favorably with Shoe Height, Athletic Tape, and ThreeOrthoses ». The American Journal of Sports Medicine 24, no 6 (décembre1996): 800‑809.

Gross, M. T., A. M. Batten, A. L. Lamm, J. L. Lorren, J. J.Stevens, J. M. Davis, et G. B. Wilkerson. « Comparison of DonJoy Ankle LigamentProtector and Subtalar Sling Ankle Taping in Restricting Foot and Ankle Motion before and after Exercise ». The Journal of Orthopaedic and Sports PhysicalTherapy 19, no 1 (janvier 1994): 33‑41.

Purcell, Steven B., Brynn E. Schuckman, Carrie L. Docherty,John Schrader, et Wendy Poppy. « Differences in Ankle Range of Motion before and after Exercise in 2 Tape Conditions ». The American Journal of SportsMedicine 37, no 2 (février 2009): 383‑89.

Rouillon O. Le strapping. 2- Les contentions adhésives appliquées au membre inférieur, au rachis et au tronc. Paris : Vigot,1988.

Trégouët, P., F. Merland, et M. B. Horodyski. « A Comparison of the Effects of Ankle Taping Styles on Biomechanics during Ankle Inversion ».Annals of Physical and Rehabilitation Medicine 56, no 2 (mars 2013): 113‑22.

Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...