TEST

Test de Gaenslen

Test - Évaluation de la hanche
L’objectif de ce test

Le test de Gaenslen peut être utilisé dans le diagnostic d’une douleur d’origine sacro-iliaque.
   
L'identification de sous-groupes de patients souffrant de lombalgie pour le diagnostic, le pronostic et le traitement est un sujet de recherche depuis de nombreuses années (Petersen et al. 2017). La contribution de l'articulation sacro-iliaque à la douleur lombaire et aux membres inférieurs a fait l'objet de nombreux débats. Il semblerait que 10 à 25 % des patients présentant une lombalgie mécanique persistante inférieure à L5 présentent des douleurs secondaires à une pathologie de l'articulation sacro-iliaque (Simopoulos et al. 2012).
   
Le diagnostic de la douleur de l'articulation sacro-iliaque est difficile à déterminer car la source exacte des symptômes pourrait provenir de nombreuses structures lombo-sacrées (Laslett et al. 2003, Mekhail et al. 2020). La douleur est principalement perçue dans la région fessière, mais elle est également souvent dirigée vers la région lombaire inférieure et supérieure, l'aine, l'abdomen et/ou les membres inférieurs (Vanelderen et al. 2010).
   
L'imagerie radiologique est importante pour exclure les "drapeaux rouges" mais contribue peu au diagnostic de ce type de douleurs. Les blocs anesthésiques, quant à eux, semblent être l’examen de choix pour faire le diagnostic d’une douleur d’origine sacro-iliaque. Toutefois, ils doivent être interprétés avec prudence, en raison de la fréquence importante de faux positifs et de faux négatifs (Rupert et al. 2009, Vanelderen et al. 2010). Étant donné que la douleur provenant de la sacro-iliaque est difficile à distinguer des autres formes de lombalgie sur la base des antécédents, différents tests de provocation de symptômes ont été proposés. Individuellement, ils ont une faible valeur prédictive, mais une batterie de tests combinés peut aider à établir un diagnostic (Laslett et al. 2005, Vanelderen et al. 2010). C’est le cas par exemple du cluster de Laslett que vous pouvez retrouver sur Fullphysio.
   
Parmi les tests de provocation de symptômes proposés par Laslett et al., on retrouve le test de Gaenslen (Laslett et al. 2003).

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser ce test, le patient est en couché dorsal au bord de la table. Le thérapeute place le membre inférieur controlatéral à celui testé en dehors de la table. Le genou du côté testé est fléchi et amené vers le tronc du patient, en position de flexion de hanche. Le patient va maintenir cette position en saisissant son genou. Le kiné exerce ensuite une pression sur le genou du membre à tester pour majorer la flexion de hanche, tout en appliquant une force dirigée vers le sol sur le genou de la jambe controlatérale. Cette force de cisaillement est censée reproduire les douleurs sacro-iliaques du patient en cas de test positif (Laslett et al. 2003, Laslett et al. 2005).

Valeur clinique

Curieusement, dans leur étude en 2005, Laslett et al. rapportent une différence de sensibilité et de spécificité en fonction du côté testé. Pour le côté droit, ce test aurait une sensibilité de 53% et une spécificité de 71% dans la reproduction de douleurs sacro-iliaques. Pour le côté gauche, il obtiendrait une sensibilité de 50% et une spécificité de 77% (Laslett et al. 2005).
Toutefois, ces mêmes auteurs ont expliqué que l’on pouvait se passer du test de Gaenslen dans leur cluster pour exclure une douleur d’origine sacro-iliaque. D’après eux, il ne permettrait pas d’augmenter la qualité discriminatoire du cluster et ne pas faire ce test ne changerait rien à la valeur diagnostic de ce dernier (Laslett et al. 2005).
Cependant, en 2021, Saueressig et al. ont évalué dans leur revue systématique et méta-analyse la précision diagnostic des tests de provocation pour la sacro-iliaque parmi lesquels figurait le Gaenslen. Les résultats ont montré qu’un cluster de tests ne pouvait pas être utilisé pour incriminer la sacro-iliaque mais qu’il permettait au contraire de l’exclure (Saueressig et al. 2021).

Bibliographie

Laslett, Mark; Young, Sharon B; Aprill, Charles N; McDonald, Barry (2003). Diagnosing painful sacroiliac joints: A validity study of a McKenzie evaluation and sacroiliac provocation tests. Australian Journal of Physiotherapy, 49(2), 89–97.
   
Laslett, M., Aprill, C. N., McDonald, B., & Young, S. B. (2005). Diagnosis of Sacroiliac Joint Pain: Validity of individual provocation tests and composites of tests. Manual Therapy, 10(3), 207–218. doi:10.1016/j.math.2005.01.003
   
Mekhail, N., Saweris, Y., Sue Mehanny, D., Makarova, N., Guirguis, M., & Costandi, S. (2020). Diagnosis of Sacroiliac Joint Pain: Predictive Value of Three Diagnostic Clinical Tests. Pain Practice, 21(2), 204–214.  
   
Petersen, Tom, Mark Laslett, et Carsten Juhl. « Clinical classification in low back pain: best-evidence diagnostic rules based on systematic reviews ». BMC Musculoskeletal Disorders 18 (12 mai 2017): 188.
   
Rupert, Matthew P., Marion Lee, Laxmaiah Manchikanti, Sukdeb Datta, et Steven P. Cohen. « Evaluation of Sacroiliac Joint Interventions: A Systematic Appraisal of the Literature ». Pain Physician 12, no 2 (avril 2009): 399‑418.
   
Saueressig, Tobias, Patrick J. Owen, Frank Diemer, Jochen Zebisch, et Daniel L. Belavy. « Diagnostic Accuracy of Clusters of Pain Provocation Tests for Detecting Sacroiliac Joint Pain: Systematic Review With Meta-Analysis ». The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 51, no 9 (septembre 2021): 422‑31.
   
Simopoulos, Thomas T., Laxmaiah Manchikanti, Vijay Singh, Sanjeeva Gupta, Haroon Hameed, Sudhir Diwan, et Steven P. Cohen. « A Systematic Evaluation of Prevalence and Diagnostic Accuracy of Sacroiliac Joint Interventions ». Pain Physician 15, no 3 (juin 2012): E305-344.
   
Vanelderen, Pascal, Karolina Szadek, Steven P. Cohen, Jan De Witte, Arno Lataster, Jacob Patijn, Nagy Mekhail, Maarten van Kleef, et Jan Van Zundert. « 13. Sacroiliac Joint Pain ». Pain Practice: The Official Journal of World Institute of Pain 10, no 5 (octobre 2010): 470‑78.

Modules associés

Échelles et scores

FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
STarT Back Screening Tool
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
TEST

Test de Gaenslen

Test - Évaluation de la hanche
L’objectif de ce test

Le test de Gaenslen peut être utilisé dans le diagnostic d’une douleur d’origine sacro-iliaque.
   
L'identification de sous-groupes de patients souffrant de lombalgie pour le diagnostic, le pronostic et le traitement est un sujet de recherche depuis de nombreuses années (Petersen et al. 2017). La contribution de l'articulation sacro-iliaque à la douleur lombaire et aux membres inférieurs a fait l'objet de nombreux débats. Il semblerait que 10 à 25 % des patients présentant une lombalgie mécanique persistante inférieure à L5 présentent des douleurs secondaires à une pathologie de l'articulation sacro-iliaque (Simopoulos et al. 2012).
   
Le diagnostic de la douleur de l'articulation sacro-iliaque est difficile à déterminer car la source exacte des symptômes pourrait provenir de nombreuses structures lombo-sacrées (Laslett et al. 2003, Mekhail et al. 2020). La douleur est principalement perçue dans la région fessière, mais elle est également souvent dirigée vers la région lombaire inférieure et supérieure, l'aine, l'abdomen et/ou les membres inférieurs (Vanelderen et al. 2010).
   
L'imagerie radiologique est importante pour exclure les "drapeaux rouges" mais contribue peu au diagnostic de ce type de douleurs. Les blocs anesthésiques, quant à eux, semblent être l’examen de choix pour faire le diagnostic d’une douleur d’origine sacro-iliaque. Toutefois, ils doivent être interprétés avec prudence, en raison de la fréquence importante de faux positifs et de faux négatifs (Rupert et al. 2009, Vanelderen et al. 2010). Étant donné que la douleur provenant de la sacro-iliaque est difficile à distinguer des autres formes de lombalgie sur la base des antécédents, différents tests de provocation de symptômes ont été proposés. Individuellement, ils ont une faible valeur prédictive, mais une batterie de tests combinés peut aider à établir un diagnostic (Laslett et al. 2005, Vanelderen et al. 2010). C’est le cas par exemple du cluster de Laslett que vous pouvez retrouver sur Fullphysio.
   
Parmi les tests de provocation de symptômes proposés par Laslett et al., on retrouve le test de Gaenslen (Laslett et al. 2003).

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser ce test, le patient est en couché dorsal au bord de la table. Le thérapeute place le membre inférieur controlatéral à celui testé en dehors de la table. Le genou du côté testé est fléchi et amené vers le tronc du patient, en position de flexion de hanche. Le patient va maintenir cette position en saisissant son genou. Le kiné exerce ensuite une pression sur le genou du membre à tester pour majorer la flexion de hanche, tout en appliquant une force dirigée vers le sol sur le genou de la jambe controlatérale. Cette force de cisaillement est censée reproduire les douleurs sacro-iliaques du patient en cas de test positif (Laslett et al. 2003, Laslett et al. 2005).

Valeur clinique

Curieusement, dans leur étude en 2005, Laslett et al. rapportent une différence de sensibilité et de spécificité en fonction du côté testé. Pour le côté droit, ce test aurait une sensibilité de 53% et une spécificité de 71% dans la reproduction de douleurs sacro-iliaques. Pour le côté gauche, il obtiendrait une sensibilité de 50% et une spécificité de 77% (Laslett et al. 2005).
Toutefois, ces mêmes auteurs ont expliqué que l’on pouvait se passer du test de Gaenslen dans leur cluster pour exclure une douleur d’origine sacro-iliaque. D’après eux, il ne permettrait pas d’augmenter la qualité discriminatoire du cluster et ne pas faire ce test ne changerait rien à la valeur diagnostic de ce dernier (Laslett et al. 2005).
Cependant, en 2021, Saueressig et al. ont évalué dans leur revue systématique et méta-analyse la précision diagnostic des tests de provocation pour la sacro-iliaque parmi lesquels figurait le Gaenslen. Les résultats ont montré qu’un cluster de tests ne pouvait pas être utilisé pour incriminer la sacro-iliaque mais qu’il permettait au contraire de l’exclure (Saueressig et al. 2021).

Bibliographie

Laslett, Mark; Young, Sharon B; Aprill, Charles N; McDonald, Barry (2003). Diagnosing painful sacroiliac joints: A validity study of a McKenzie evaluation and sacroiliac provocation tests. Australian Journal of Physiotherapy, 49(2), 89–97.
   
Laslett, M., Aprill, C. N., McDonald, B., & Young, S. B. (2005). Diagnosis of Sacroiliac Joint Pain: Validity of individual provocation tests and composites of tests. Manual Therapy, 10(3), 207–218. doi:10.1016/j.math.2005.01.003
   
Mekhail, N., Saweris, Y., Sue Mehanny, D., Makarova, N., Guirguis, M., & Costandi, S. (2020). Diagnosis of Sacroiliac Joint Pain: Predictive Value of Three Diagnostic Clinical Tests. Pain Practice, 21(2), 204–214.  
   
Petersen, Tom, Mark Laslett, et Carsten Juhl. « Clinical classification in low back pain: best-evidence diagnostic rules based on systematic reviews ». BMC Musculoskeletal Disorders 18 (12 mai 2017): 188.
   
Rupert, Matthew P., Marion Lee, Laxmaiah Manchikanti, Sukdeb Datta, et Steven P. Cohen. « Evaluation of Sacroiliac Joint Interventions: A Systematic Appraisal of the Literature ». Pain Physician 12, no 2 (avril 2009): 399‑418.
   
Saueressig, Tobias, Patrick J. Owen, Frank Diemer, Jochen Zebisch, et Daniel L. Belavy. « Diagnostic Accuracy of Clusters of Pain Provocation Tests for Detecting Sacroiliac Joint Pain: Systematic Review With Meta-Analysis ». The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 51, no 9 (septembre 2021): 422‑31.
   
Simopoulos, Thomas T., Laxmaiah Manchikanti, Vijay Singh, Sanjeeva Gupta, Haroon Hameed, Sudhir Diwan, et Steven P. Cohen. « A Systematic Evaluation of Prevalence and Diagnostic Accuracy of Sacroiliac Joint Interventions ». Pain Physician 15, no 3 (juin 2012): E305-344.
   
Vanelderen, Pascal, Karolina Szadek, Steven P. Cohen, Jan De Witte, Arno Lataster, Jacob Patijn, Nagy Mekhail, Maarten van Kleef, et Jan Van Zundert. « 13. Sacroiliac Joint Pain ». Pain Practice: The Official Journal of World Institute of Pain 10, no 5 (octobre 2010): 470‑78.

Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps ! la plateforme est facile d'utilisation, les fiches synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. Merci à toute l'équipe !
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !